Pollution de la Savoureuse : Communiqué de presse

Classé dans Territoire de Belfort

Communiqué de presse  -  05 octobre 2015

Suite aux 2 pollutions de la Savoureuse, les 09 juillet et 03 septembre 2015, il nous semble important de faire les mises au points suivantes :  les autorités préfectorales et municipales ont toujours fait fi des alertes et remarques émises par les associations de protection de la nature et de l’Environnement. Une fois de plus l’Etat, représenté par les services de la Préfecture et les collectivités locales (Commune de Lepuix et Communauté de Communes de la Haute Savoureuse) minimisent les pollutions et enterrent les sanctions  

Face à ce laxisme, France Nature Environnement Territoire de Belfort (FNE 90) et  Sauvegarde du Cadre de Vie de la Haute Savoureuse ( SCVHS ) réagissent :

Les arrêtés préfectoraux successifs oubliés et écartés.

Après les parutions des arrêtés préfectoraux d’exploitation de septembre 2007 et février 2010, de l’arrêté du 25 janvier  2013 concernant l’éclairage nocturne, et l’exportation du stockage des déchets à Romagny-sous-Rougement, la carrière se moque de ces prescriptions obligatoires et persiste dans ce mauvais sens.

Un respect de l’Environnement au rabais et piétiné.

Depuis que la carrière existe, les atteintes à la Nature et à l’Environnement se multiplient et s’aggravent. Les derniers en date sont les 2 pollutions de la Savoureuse et la modification du POS ouvrant la possibilité, à la carrière, de s’étendre en zone NATURA 200 et de stériliser entre 7 et 10 ha de bois classé EBC sur le sommet du Mont-Jean.

Une facture salée pour les pour le Territoire de Belfort

Toutes ces pollutions ont un coût dont personne ne parle ! La mauvaise qualité de l’air dans l’aire urbaine, où la carrière tient une bonne place dans le nord du Territoire, les pollutions successives de l’eau dues à la carrière, et qui empoisonne petit à petit l’eau potable  prélevée aux points de captage de Sermamagny, les bruits causées par les installations, les engins de terrassement, le trafic de camions instillant insidieusement, jour après jour, stress et consommation excessive de médicaments.

A moins de 2 mois de la tenue de la COP 21 à Paris, nous attendons beaucoup plus d’actions positives en faveur de la protection l’Environnement, et de la biodiversité et d’actions positives contre le réchauffement climatique….

05 octobre 2015 : Rendez-vous avec la  Préfecture au sujet des 2 pollutions successives de la Savoureuse, dues aux Carrières de l’Est à Lepuix ( 90200 ).

  • Le 09 juillet 2015, la carrière a déversé, volontairement ou involontairement, une substance toxique (floculant) dans la rivière, anéantissant toute la vie piscicole sur 500 à 600 m.
  • Le 03 septembre 2015, la carrière a recommencé avec une pollution moins spectaculaire puisqu’il n’y a pas eu de poissons morts à déplorer, vu qu’il n’y en a plus depuis le 9 juillet dernier.
  • Nous avons confié des sédiments, prélevés dans le lit de la Savoureuse et dans le tuyau de rejet, le 10 juillet 2015, à un laboratoire agréé. Ces analyses ont mis en évidence un produit toxique, un floculent utilisant des polymères d’acrylamides, qui montre un disfonctionnement au niveau de l’entreprise « Carrières de l’Est ».
  • Comment la gendarmerie a-t-elle pu dire que la rivière n’avait pas une couleur blanchâtre le 3 septembre. Nous étions ensemble sur le site ce jour-là.
  • Depuis des années, les APNE vous interpellent sur les pollutions et nuisances exportées par la carrière. Depuis des années vous sous-estimez, volontairement ou pas, ces pollutions !
  • Pourquoi la carrière ne fonctionne-t-elle pas en circuit fermé en ce qui concerne l’utilisation de l’eau de procédé, ce qui est la base d’un arrêt de pollution de la rivière et non pas, comme on le voit, tout un panel d’analyses effectué en continu et qui ne sert à rien.

Maintenant que nous avons un laboratoire agrée, nous allons multiplier les analyses de Malvaux à Belfort.

France Nature Environnement est en train d’établir une carte des « mauvaises pratiques » des Territoires par rapport à l’Environnement. Soyez sûr que le Territoire de Belfort y figurera en bonne place.

Pour FNE 90 et SCVHS, le président : Gérard GROUBATCH

Contact :  Gérard Groubatch, président de France Nature Environnement 90 – Tél. 06 60 83 76 65

 
 

Les commentaires sont fermés.